Histoire

En 1810, le Fort Gibraltar est bâti, au confluent des rivières Assiniboine et Rouge, par la Compagnie du Nord-Ouest (CNO) dont le siège social se trouve à Montréal. Hébergeant un effectif formé de 10 à 20 voyageurs, guides de canot, interprètes, ouvriers, commis et hivernants, ou bourgeois, le fort est une plaque tournante pour le commerce des fourrures et le développement des communautés, dans les débuts de Winnipeg.

Avec des avant-postes et des forts allant du Québec jusqu’au-delà du fleuve Columbia, la CNO est confrontée à un véritable défi de ravitaillement. Comment nourrir un effectif de 2000 à 2500 voyageurs? La solution consiste à faire appel au sens de la débrouillardise des Autochtones et à troquer de vastes quantités de pemmican.

L’emplacement du Fort Gibraltar est idéal pour le commerce avec différentes Nations autochtones qui acceptent d’échanger leurs surplus de pemmican et d’autres denrées alimentaires contre de la marchandise de traite de la CNO. L’achat et l’expédition de provisions vers des caches et d’autres postes de traite du nord sont essentiels pour maintenir les activités de traite de fourrures.

La CNO et la Compagnie de la Baie d’Hudson (CBH) se livrent une concurrence féroce. La CBH entretient aussi un vaste réseau de forts et doit approvisionner d’importants effectifs. Les besoins en matière de ravitaillement et d’expansion territoriale entraînent de nombreux conflits entre ces deux grandes rivales commerciales. Les événements de la Rivière Rouge sont au cœur du conflit.

Peu de temps après la construction du Fort Gibraltar, Lord Selkirk établit la colonie de la Rivière-Rouge avec l’appui de la CBH. La direction de la CNO perçoit cette collaboration comme une provocation de la part de la CBH. La CNO se mobilise donc, avec l’aide de ses alliés métis, en vue de reprendre le contrôle du commerce du pemmican et de la traite des fourrures.

Les affrontements commerciaux et les coalitions qui suivent façonneront le paysage social et politique de l’Ouest canadien pour les décennies à venir. Malheureusement, le Fort Gibraltar d’origine ne survit pas à la dévastation. Au printemps 1816, il est entièrement détruit par le feu par la CBH et des membres de la colonie de la Rivière-Rouge.


Dates Marquantes


  • 1809

    La Compagnie du Nord-Ouest érige Fort Gibraltar

  • 1816

    Fort Gibraltar est capturé puis détruit par la colonie de Selkirk

  • 1817

    Fort Gibraltar est reconstruit par la Compagnie du Nord-Ouest

  • 1821

    La Compagnie du Nord-Ouest fusionne avec la Compagnie de la Baie d’Hudson – Fort Gibraltar continue ses opérations sous l’étendard de la CBH

  • 1822

    Fort Gibraltar est renommé Fort Garry

  • 1835

    Fort Garry est abandonné, mais ses entrepôts sont toujours utilisés

  • 1852

    Fort Garry est détruit lors d’une inondation de la rivière Rouge

  • 1978

    Fort Gibraltar est reconstruit par le Festival du Voyageur

Liens Historiques

Base de données des engagements des Voyageurs (Société historique de Saint-Boniface)