C’est à Saint-Boniface, le quartier francophone de Winnipeg, que l’on retrouve la plus grande communauté francophone à l’Ouest de la province du Québec.

Cette communauté célèbre la « joie de vivre » toute l’année et, tout particulièrement en février lors du Festival du Voyageur, le plus grand festival hivernal de l’Ouest canadien. Le Fort Gibraltar est un attrait touristique de choix à Winnipeg et est le site principal du Festival du Voyageur.

Au début du 19e siècle, la traite des fourrures sur le territoire qui deviendra le Canada, est caractérisée par la lutte intensive que se livre la Compagnie de la Baie d’Hudson (basée à Londres, en Angleterre et ayant une éthique commerciale distinctement britannique) et la Compagnie du Nord-Ouest (basée à Montréal et ayant une éthique commerciale nord-américaine).

Les voyageurs de la Compagnie du Nord-Ouest représentaient un groupe de traiteurs extrêmement mobile. L’écho de leurs avirons et de leurs chansons pouvait se faire entendre sur les rives des lacs et rivières de Montréal jusqu’à l’océan Pacifique, et de l’océan Arctique jusqu’au golfe du Mexique. Ils représentaient l’épine dorsale de l’épopée commerciale de la Compagnie du Nord-Ouest; experts en matière de survie en forêt, canotiers sans pareil et chasseurs efficaces avec plus de 150 ans d’expérience collective en sol nord-américain, ayant comme résultat un très haut niveau d’intégration culturelle et sociale avec différents groupes autochtones. On respectait leurs compétences et leur travail acharné, mais on appréciait encore plus leur « joie de vivre » – la capacité de jouir pleinement de la vie, même sous des conditions extrêmement difficiles.

La Compagnie du Nord-Ouest effectuait ses transactions commerciales à partir de campements temporaires à la fourche des rivières Rouge et Assiniboine (endroit qui plus tard donnera naissance à la ville de Winnipeg) jusqu’en 1809, lorsqu’elle procéda à la construction du Fort Gibraltar. Ce fort, érigé sous le nez du quartier général continental de la Compagnie de la Baie d’Hudson (Fort Douglas) se révélera être pour cette dernière, au cours de la décennie à venir, un irritant insupportable qui mènera à plusieurs conflits entre la population britannique de la vallée de la rivière Rouge et les employés de la CNO (surtout canadienne-française). Fort Gibraltar est capturé le 17 mars 1816 et détruit peu de temps après par Colin Robertson, commandant de la colonie de Selkirk (Lord Selkirk était un important investisseur dans la CBH) et ex-employé de la CNO. La capture du Fort Gibraltar est jugée illégale par les autorités britanniques, et l’autorisation est donnée, en 1817, à la CNO pour en effectuer sa reconstruction.

À l’apex de l’ère de la traite des fourrures, la Compagnie du Nord-Ouest possédait 97 postes de traite sur le territoire qui deviendra le Manitoba, comparativement à 84 postes arborant l’étendard de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Les deux compagnies rivales fusionnèrent le 26 mars 1821, sous le nom de la Compagnie de la Baie d’Hudson.

La Renaissance

Saint-Boniface – parfois appelé le Quartier français de Winnipeg – possède la plus large concentration de francophones à l’ouest du Québec. Cette communauté célèbre la « joie de vivre » à l’année longue, mais surtout au mois de février lors du Festival du Voyageur, la plus grande célébration hivernale de l’Ouest canadien. Une de ses attractions est le Fort Gibraltar.

Dates Marquantes

  • 1809 - La Compagnie du Nord-Ouest érige Fort Gibraltar
  • 1816 – Fort Gibraltar est capturé puis détruit par la colonie de Selkirk
  • 1817 – Fort Gibraltar est reconstruit par la Compagnie du Nord-Ouest
  • 1821 – La Compagnie du Nord-Ouest fusionne avec la Compagnie de la Baie d’Hudson – Fort Gibraltar continue ses opérations sous l’étendard de la CBH
  • 1822 – Fort Gibraltar est renommé Fort Garry
  • 1835 – Fort Garry est abandonné, mais ses entrepôts sont toujours utilisés
  • 1852 – Fort Garry est détruit lors d’une inondation de la rivière Rouge
  • 1978 – Fort Gibraltar est reconstruit par le Festival du Voyageur

Liens Historiques

Base de données des engagements des Voyageurs (Société historique de Saint-Boniface)

Copyright Fort Gibraltar 2017